INTERVIEW – A la rencontre de la Chantre BéaD

Qui est la chantre BéaD ?

Mon vrai nom est Béatrice Lucienne Marie Alemb O. Diedhiou, Mon nom d’artiste est BéaD. Je suis une artiste chantre, chef d’entreprise, mariée et mère de 2 enfants.

Et pourquoi la musique ?

La passion ne s’explique pas. J’ai toujours eu un penchant pour la musique et pour le chant.

Quand avez-vous découvert votre talent ? Comment avez-vous su que vous la mettrai au service de Dieu ?

Je chante depuis mon plus jeune âge, mais je suis officiellement chantre de l’Eternel depuis 6 ans. J’ai commencé à me produire sur scène en 2004 en accompagnant pas mal d’artiste de la place tel que Alioune Mbaye Nder, Carlou D, Didier Awadi, etc.

Par la suite, après mure réflexion, ressentant fortement l’appel du Seigneur j’ai choisi de me concentrer sur le chant religieux. J’ai donc intégré le groupe gospel Kandjele, ensuite la communauté Jeune Espérance, ou j’exerce comme chantre depuis officiellement depuis février 2014.

Prêtons-nous a un petit exercice. Que représentent ces mots pour vous à travers la musique : âme, gens, vie, Sénégal, famille.

Âme : La restauration et la tranquillité de mon âme.

Gens : Un besoin urgent d’évangéliser par ma voix.

Vie : C’est une renaissance pour moi, car ma vie a changé grâce à mon choix d’être chantre.

Sénégal : Mon pays natal, une envie profonde de faire connaitre ma musique à tous ceux qui recherchent Dieu.

Famille : Je suis entièrement soutenue par ma famille.

Comment décrirez-vous votre musique ?

Mes chansons regroupent les deux genres. L’intérêt est bien sûr d’évangéliser, et évangéliser veut également dire édifier le peuple de Dieu. Cela ne peut se faire sans demeurer en permanence dans l’action de grâce pour le Seigneur.

Comment allier-vous votre profession, rôle de femme, celle de mère et de chantre ?

Avec sourire ! C’est n’est pas une chose simple, mais je perçois chacun de ses différents rôles comme une mission à accomplir et je me donne les moyens d’y arriver. J’essaie d’être présente autant que possible pour mon époux qui me soutient beaucoup, et aussi pour mes enfants. Ce sont des responsabilités que j’assume avec joie en en ralliant ma vie professionnelle avec sérieux.

Bien sûr, à coté de tout cela, il y’a ma passion pour la musique et pour le chant qui me permet de retrouver le bon équilibre quotidien ; chanter, écrire composer pour Dieu est tout simplement un privilège et une grâce pour moi !

Est-ce qu’il y a des chantres qui ont influencé votre manière d’écrire vos chansons et de chanter ?

Oui. J’écoute beaucoup Dena Mwana, Tasha Cobbs Leonard qui sont une référence pour moi. J’écoute aussi pas mal d’autres chantres locaux et internationaux.

A ce jour, quel a été les sujets principaux de vos chansons et inspirations ?

Il s’agit de la louange et action de grâce au Père par mon single Yalla Baye sortie le 1er Août 2019 et une supplication pour le pardon des péchés par mon nouveau single Pardonne-nous Seigneur, sortie le 17 Mai dernier. Les deux morceaux sont disponibles sur toutes les plateformes musicales telles que Deezer, Spotify, iTunes etc. mais également sur la page YouTube de BéaD.

Quel message voulez-vous partager à travers votre récent sigle : Pardonnes-nous Seigneur ?

Il est primordial pour nous de comprendre que c’est par le pardon et la miséricorde de Dieu que nous obtiendrons grâces et bénédictions en abondance. En cette période assez difficile de pandémie du COVID-19, un mea culpa est justement nécessaire afin que Seigneur ait pitié de son peuple et fasse grâce. C’est sa parole qui le dit :

“Seigneur, toi qui es bon et qui pardonnes, riche en fidélité pour ceux qui t’appellent. Psaumes 86,5.

Avez-vous en projet la sortie d’un album ?

Oui, bien sûr. Je travaille ardemment sur mon album et il sera disponible très bientôt par la grâce de Dieu.

Béa Diedhidou Manga