MA VIE DE CÉLIBAT : « J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

J’ai grandi dans une fratrie de 3 frères. Fille unique, Je suis ce qu’on appelle l’amour de vieillesse de mes parents. J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée. Je ne pensais pas en arriver là. J’étais dans une période triste de ma vie, seule à la maison, mes frères étant tous parties, je passais la majeur partie de mon temps à flâner à la recherche de bien être, de compagnie, d’amour. J’avais arrêté l’école, je venais d’avoir un enfant. Avec les parents, on vivait difficilement. Mon père, qui était très vieux, était immobilisé à la maison. Avec un bébé c’était encore plus compliqué. parfois, j’avais du mal à joindre les deux bouts. Je nourrissais mon enfant et préférais me sacrifier. Mes frères travaillaient, mais ne pouvaient pas subvenir au besoin de toute la famille. Il était indispensable pour moi de trouver une solution et ne pas déranger mes parents. Alors j’ai trouvé plus facile de suivre des amies à moi qui me disaient que de temps en temps des hommes leur donnaient assez d’argent en échange de « quelques caresses ». J’ai trouvé ça pas très grave. Le bonheur, je le cherchais, je le voulais. J’en était arrivée à dresser une liste de mes aventures sexuelles, dont la majorité ne durait pas plus de trois jours. Ces hommes, Il y en avait de tous types. J’avais beau chercher le bonheur avec ces hommes mais, la réalité me rattrapais toujours. Les soirs, seule, impossible de réconcilier ma liste d’aventures à ma solitude, je fondais bien souvent en larmes.

 Je souhaite partager avec vous qui me lisez l’effet que peut avoir la recherche du bonheur matériel dans notre vie de tous les jours. Bien vrai, nous aspirons tous au bonheur mais il est important pour nous de prendre conscience de ce qu’est le bonheur véritable. La réalisation du véritable bonheur, je l’ai su au moment même où malgré ma vie de prostitution le Seigneur frappa très fort à ma porte afin que je puisse prendre conscience de ce qui m’arrivais. Dieu m’a fait grâce et je lui en suis reconnaissante aujourd’hui. La recherche effrénée du bonheur superficiel n’était qu’éphémère. Faut-il faire un lien entre nos problèmes et le choix du bonheur ? Si tant est que Dieu est notre moteur de bonheur, comment pouvons-nous avoir une vie épanouissante malgré nos problèmes ? Ma vie à littéralement changée quand je lui ai dis de tout coeur : Seigneur fais de moi ce que tu veux.

Anne-Sophie B

Témoignage recueilli par Sènami A